Johari – Brass Band Sammy Baloji

Voulue et annoncée par le Président de la République française Emmanuel Macron à Ouagadougou en 2017 puis lancée à Lagos en 2018, la Saison Africa 2020 (initialement prévue de juin à décembre 2020) invitera en France de début décembre 2020 à mi-juillet 2021 à regarder et comprendre le monde d’un point de vue africain à travers expositions et événements sur tout le territoire. La Rmn – Grand Palais s’associe à cet événement en invitant l’artiste Sammy Baloji à concevoir deux sculptures exceptionnelles pour les socles de la façade du Grand Palais, côté Champs-Elysées-Clemenceau.

Au début du XIXe siècle, la France affaiblie par la révolte et la perte de Saint-Domingue, change de stratégie et vend la colonie française de Louisiane aux Etats-Unis. Les troupes quittent le territoire, abandonnant sur place leurs instruments de musique. Ces cuivres ont été ensuite repris par les esclaves pour créer les Brass Bands (fanfares). Ces deux sculptures de Sammy Baloji à la forme de sousaphone et cor d’harmonie sont inspirées de ce chapitre de l’histoire coloniale.
Les cuivres sont scarifiés par l’artiste, en écho aux pratiques ancestrales congolaises éradiquées par la présence coloniale. Ils sont intégrés dans des structures métalliques reprenant la forme de minerais du Katanga, une province du Congo riche en ressources minières surexploitées par des entreprises internationales depuis 1885.
Johari - Brass Band est le symbole triomphal de la réappropriation par l’Afrique de sa propre histoire.

Sammy Baloji est né en 1978 à Lubumbashi au Congo et vit entre Lubumbashi et Bruxelles depuis 2006. Il ne cesse d’explorer la mémoire et l’histoire de son pays d’origine. Son travail est une recherche continue sur le patrimoine culturel, architectural et industriel de la région du Katanga, ainsi qu’une remise en question de l’impact de la colonisation belge. Son regard critique sur les sociétés contemporaines constitue un avertissement sur la façon dont les clichés culturels continuent à façonner des mémoires collectives et permettent ainsi aux jeux de pouvoir sociaux et politiques de continuer à dicter les comportements humains.

Déjà exposé à New York (Museum for African Art, 2009), Washington (Smithsonian Museum, 2010), Londres (Tate Modern, 2011), Venise (Biennale 2015) et Kassel (Documenta 2017), ancien pensionnaire de la Villa Médicis et présenté en décembre dans la salle Foch des Beaux-Arts de Paris dans le cadre du Festival d’Automne (dont il signe d’ailleurs l’affiche), le travail de Sammy Baloji a rejoint les plus grandes collections françaises et internationales. Sa résidence de 2008 à 

2010 au Musée Royal d’Afrique Centrale à Tervuren lui a permis de travailler sur les collections de ce musée commandé en 1897 par Leopold II à Charles Girault... l’architecte du Grand Palais.

Les deux sculptures exceptionnelles, présentées au Grand Palais jusqu’à sa fermeture en janvier 2021, qui font référence à l’exposition universelle de 1900, y reviendront pour sa réouverture, afin de célébrer l’exposition inaugurale du Grand Palais restauré.

Œuvre forte et engagée, trait d’union entre le Grand Palais d’aujourd’hui et le Grand Palais restauré, Johari - Brass Band s’inscrit ainsi parfaitement dans la nouvelle vision artistique de la Rmn – Grand Palais mise en place par Chris Dercon, son président.

L’école des Beaux-Arts de Paris présente la première exposition personnelle de Sammy Baloji en juin 2021.

Sammy Baloji est représenté par la galerie Imane Farès.

Biographie de Sammy Baloji

commissaire : Chris Dercon, Président de la Rmn – Grand Palais
production: Estelle Lecaille, Twenty Nine Studio, Bruxelles
design & production : Ismaël Bennani & Orfée Grandhomme, Bruxelles
materialisation & Fabrication : Jean-Daniel Bourgeois, Bruxelles - Dinanderie Clabots, Dinant

Lundi 7 décembre à 18h30
Auditorium du Grand Palais (sous réserve)

Des sculptures publiques : pourquoi et pour qui ?
Table ronde modérée par Chris Dercon, Président de la Rmn-Grand Palais avec Sammy Baloji, artiste plasticien, Emmanuel Kasarhérou, conservateur en chef du patrimoine, Président du musée du quai Branly, Simon Njami, écrivain, critique d’art, spécialiste de l’art africain contemporain et Dominique Taffin, conservatrice générale du patrimoine, Directrice de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage

photos presse disponibles:

L’utilisation des visuels a été négociée par la Rmn-GP, Ils peuvent être utilisés jusqu’àu 17 janvier 2021, et uniquement dans le cadre de la promotion de l’événement.

Voir plus

S'inscrire