Correspondance Monet Clemenceau 

Beau Livre

« Je vous admire et vous embrasse de tout mon coeur » : dans ses lettres, Georges Clemenceau, le « Père la Victoire », le vainqueur de la Grande Guerre, bourru mais doté d’une sensibilité extraordinaire, met toute son attentive affection à conforter le grand artiste Claude Monet. Son ami de toujours connaît les affres d’une vision qui baisse, rendant nécessaire une opération de la cataracte. Malgré la maladie qui les use tous deux, leur amitié, telle qu’elle transparaît dans leur correspondance, est d’une extraordinaire chaleur et intimité.
Clemenceau, dans sa bicoque de Vendée, s’acharne à créer un jardin à l’image de celui de Monet à Giverny – ils échangent alors fleurs, graines et boutures. Ils sont gourmets et ont des plats favoris, ils aiment l’automobile et la vitesse. Le sens que tous deux donnaient à leur vie fut une leçon d’énergie et d’héroïsme. Avec lucidité et passion, le « Tigre » écrivit d’ailleurs au peintre des Nymphéas : « Je suis aussi fou que vous, mais je n’ai pas la même folie. Voilà pourquoi nous nous entendrons jusqu’au bout… »


Préface de Jean-Noël Jeanneney, ancien ministre, président de la Fondation le musée Clemenceau
Édition établie par : Jean-Claude MONTANT, professeur retraité des universités de Lille-IV et d’Artois, révisée et augmentée par Sophie Eloy, responsable de la documentation et de la recherche au musée de l’Orangerie
Chronologie établie par Cécile Girardeau, conservatrice au musée de l’Orangerie
..........................
Parution : 11 avril 2019
disponible dès mise en vente sur : www.boutiquesdemusees.fr


 
Voir plus

S'inscrire