​Picasso. Voyages imaginaires – Marseille – 

16 février - 24 juin 2018
Musée de la Vieille Charité et Mucem - Marseillle

« Il y a des voyageurs qui confondent les fleurs et les étoiles. Plus que tous les poètes, les sculpteurs et les autres peintres, cet Espagnol nous meurtrit comme un froid bref. Ses méditations se dénudent dans le silence. Il vient de loin, des richesses de composition et de décoration brutale des Espagnols du dix-septième siècle. Ceux qui l’ont connu se souviennent de truculences rapides qui n’étaient déjà plus des essais. Son insistance dans la poursuite dela beauté l’a dirigé sur des chemins. Il s’est vu plus latin moralement, plus arabe rythmiquement ».
Guillaume Apollinaire, « Les Jeunes : Picasso, peintre », La Plume, le 15 mai 1905.


Des rives de la méditerranée jusqu’aux confins de l’Afrique, l’oeuvre de Pablo Picasso offre un point de départ vers un ailleurs, cartographie sans frontières où les arts se mêlent et où la poésie prévaut. Bien qu’il ne soit pas un artiste voyageur son cheminement dessine une trame mythologique qu’il nous invite à parcourir : « si on marquait sur une carte tous les itinéraires par où je suis passé et si
on les reliait par un trait cela figurerait peut-être un minotaure ».

Hormis ses trajets entre l’Espagne et la France ou ses voyages en Hollande, Italie, Angleterre et Pologne, nul pays plus lointains n’est tamponné sur son passeport. Aux bateaux ou aux avions, Picasso préfère le train qui le ramène continuellement sur les plages du midi. Voyageurs, ses amis artistes, poètes et intellectuels sillonnent le monde et lui envoient des cartes postales. Collectionnées par centaine et étudiées pour la première fois, ces images constituent une source exceptionnelle d’inspiration pour ses oeuvres.

Dévoilant la richesse visuelle de cette relation épistolaire, l’exposition Picasso, voyages imaginaires rend compte de l’étendue de sa curiosité, aiguisée d’une volonté sans borne à entrevoir d’autres cultures que la sienne. A travers cent peintures, sculptures, assemblages, dessins en dialogue avec des oeuvres maîtresses des musées de Marseille et du Mucem, l’exposition emprunte cinq itinéraires Bohème Bleue, Afrique fantôme, Amour antique, Soleil noir et Orient rêvé, autant de voyages dans l’antre imaginaire du génie Picasso.

Picasso et les Ballets russes, entre Italie et Espagne. (Exposition réalisée par le Mucem, avec le soutien du Museo e Real Bosco di Capodimonte, et organisée avec Electa).

Au Mucem, l’exposition examine les liens privilégiés qu’entretient Picasso avec les arts et traditions populaires, tels qu’ils apparaissent dans son travail de scénographe et de costumier pour la compagnie de Sergei Diaghilev les Ballets russes. Entre 1916 et 1921, Picasso collabore en effet à quatre spectacles pour lesquels il réalise décors et costumes : les ballets Parade (1917), Tricorne (1919), Pulcinella (1920), et Cuadro Flamenco (1921). Cette expérience expose le peintre au langage du corps et de la danse, lui inspirant de nouvelles possibilités formelles, qu’il mêle à des éléments empruntés au théâtre de marionnettes, à la commedia dell’arte, à l’art sacré ou encore au folklore espagnol. Confrontant oeuvres de l’artiste (toiles, dessins, esquisses, maquettes de décors, costumes créés pour les opéras) et objets issus des collections du Mucem (marionnettes, affiches, ex-voto...), l’exposition montre comment Picasso a su assimiler et réinterpréter les traditions figuratives de son temps, pour les placer au centre d’une nouvelle modernité.


Picasso-Méditerranée, une initiative du Musée national Picasso-Paris.
« Picasso-Méditerranée » est une manifestation culturelle internationale qui se tiendra du printemps 2017 au printemps 2019. Plus de soixante institutions ont imaginé ensemble une programmation autour de l’oeuvre « obstinément méditerranéenne » de Pablo Picasso. À l’initiative du Musée national Picasso-Paris, ce parcours dans la création de l’artiste et dans les lieux qui l’ont inspiré offre une expérience culturelle inédite, souhaitant resserrer les liens entre toutes les rives.

commissariat :
Vieille Charité : Xavier Rey, directeur des musées de Marseille ; Christine Poullain, directrice honoraire
des musées de Marseille ; Guillaume Theulière, conservateur adjoint au directeur des musées de Marseille
Mucem : Sylvain Bellanger, directeur du musée Cappodimonte de Naples ; Luigi Gallo, docteur en histoire
de l’art ; Carmine Romano, historien de l’art
scénographie :
Vieille Charité : e.deux - Etienne Lefrançois, Emmanuelle Garcia
Mucem : Dodeskaden

photos presse disponibles:

L’utilisation des visuels a été négociée par la Rmn-GP, Ils peuvent être utilisés jusqu’à la fin de l’exposition (27 septembre 2017 - 2 juillet 2018 ), et uniquement dans le cadre de la promotion de l’exposition.

Voir plus

S'inscrire

CONTACT PRESSE :

contacts presse :
Rmn - GP
254-256 rue de Bercy
75577 Paris cedex 12
Florence Le Moing
florence.le-moing@rmngp.fr
01 40 13 47 62
Mathilde Wadoux
mathilde.wadoux@rmngp.fr