​La 3D à l’Agence photo de la Rmn - Grand Palais​la 3D à l’Agence photo de la Rmn – Grand Palais

le 28 novembre 2017


L’Agence photo 

Depuis 1946, l’Agence photographique valorise et diffuse les fonds photographiques dont elle réalise les prises de vue et ceux dont on lui confie la valorisation. Elle mutualise ainsi les fonds photos des musées nationaux, le Louvre, Orsay, Versailles, Pompidou, Quai Branly, mais aussi Cluny, Saint-Germain-en-Laye, et des musées régionaux tels que le Palais des Beaux-Arts de Lille, les musées de la ville de Marseille, etc.
Aujourd’hui, elle gère un catalogue de près de 1,2 millions d’images numérisées, de la préhistoire à nos jours, dont 1 million sont consultables sur son site Internet photo.rmn.fr à destination des professionnels de l’image (éditions, presse, audiovisuel, produits notamment), et sur son site grand public : images-art.fr.
L’Agence photo déploie également un vaste réseau de diffuseurs qui s’étend à une quinzaine de pays (Allemagne, Amérique centrale et latine, Canada, Chine, Corée du sud, USA, Japon…). L’Agence photo est depuis toujours à la pointe de la technologie de l’image. Ces dernières années cette évolution s’est traduite par un passage au tout numérique, l’arrivée des images en giga pixels -  de la très haute définition - ainsi que des reproductions en 3D.
Toutes les actualités de l’agence photo se trouvent sur son magazine : http://magazine-photo.rmngp.fr


Le Projet France Collections 3D

Depuis 2013, l’Agence photographique de la Rmn - Grand Palais a mis en place un projet soutenu par la Caisse des Dépôts et Consignations, dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir pour élaborer les meilleurs protocoles de numérisation en 3 dimensions d’œuvres d’art. 
Ce protocole de reproduction en 3D et la captation en photogrammétrie est aujourd’hui élaboré en captant l’objet d’art grâce à des centaines de points de vue sphériques autour de lui, y compris le dessous de socle ou l’envers des tableaux. Il faut compter entre 600 et 1000 images en très haute définition par objet. Ces images sont ensuite traitées par une série de logiciels (comme Capturing Reality) qui permettent de calculer le positionnement de chaque point vis-à-vis de l’objet et ainsi de créer ses contours. Une fois le travail géométrique accompli, on procède au calcul de la matière, de la texture et de la colorimétrie (par l’intermédiaire d’autres logiciels, notamment Mari, un Photoshop de la 3D) pour donner, un objet manipulable en 3D en temps réel et conservant ses reflets naturels sous tous les angles.  

L’Agence photographique a réalisé des modèles dans plus de 12 musées nationaux et établi des conventions avec les principaux musées Etablissements Publics dont Le Louvre, le musée d’Orsay, le musée de Cluny, le musée d’archéologie nationale, Sèvres & Limoges, le musée Picasso, le musée des arts asiatiques Guimet, etc. … 

Intéressés par ses services 3D, les musées de la ville de Paris ont conclu une convention sur la base d’un partenariat avec l’agence : des tests de modélisation ont été réalisés sur un échantillon d’une dizaine d’œuvres des musées de la Ville en novembre 2017. Tous les modèles ainsi réalisés ont été mis à disposition des établissements pour assurer leurs actions de médiation et de promotion. Sur Sketchfab, la plateforme de diffusion des modèles, une sorte de YouTube de la 3D, chaque établissement a son compte afin d’utiliser directement les modèles de leurs œuvres sur leurs sites Internet et leurs réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin…).

Différents cas, produits et scénarii des usages, ont été réalisés depuis un certain temps.
La première initiative a été une projection via une borne interactive au sein de l’exposition « Quoi de neuf au Moyen-âge ? » par Universcience en septembre 2016. Elle mettait en scène des modèles 3D du musée d’archéologie nationale et du musée national du Moyen-âge de Cluny. 

L’agence a ensuite réalisé plusieurs modèles qui ont été intégrés à la scénographie de l’exposition « Sites éternels » au Grand Palais en décembre 2016. 
Trois œuvres emblématiques prêtées par le musée du Louvre ont été ainsi modélisées et présentées en introduction de chaque séquence du film de l’espace universel, faisant ainsi le lien entre les vidéos immersives et les œuvres réelles présentées au public. Cette numérisation 3D a permis d’appréhender l’œuvre différemment, de l’observer sous toutes ses faces et d’en découvrir les multiples détails, comme par exemple le magnifique Bassin en métal incrusté au nom du sultan al-’Adil II, évoquant le Krak des chevaliers, dont le modèle 3D permet d’apprécier tous les ornements.

Les modèles 3D sont particulièrement adaptés pour des utilisations sur bornes interactives au sein des musées, cette approche permettant d’avoir accès à toutes les faces de l’œuvre et offrant la possibilité de zoomer pour visualiser tous les détails. Le Louvre, à titre d’exemple, a installé une borne dans l’exposition « Théâtre du pouvoir » dans la petite galerie pour mettre en avant la triade d’Osorkon, pendentif en or et lapis-lazuli de 9 centimètres. Le musée d’archéologie nationale utilise également des projections vidéo des modèles 3D dans les cartels de certaines œuvres pour en donner une vision complète.


L’exposition Gauguin et ses exploitations de la 3D

L’exposition Gauguin est très riche sur le plan numérique à la fois in situ et en ligne, et la 3D y occupe une place de choix. Après la réussite de ce travail pour l’exposition «Sites Eternels», fin 2016, les 32 objets d’art et tableaux de Gauguin issus de la collection du musée d’Orsay ont été numérisés avec le même protocole.

Le numérique accompagne le propos de l’exposition, suivant Gauguin dans son exploration des arts - peinture, dessin, gravure, sculpture, céramique -, son travail de la matière ainsi que son processus de création. A partir des œuvres numérisées en 3D Très Haute Définition, les visiteurs peuvent observer et manipuler les reproductions des œuvres de manière inédite, ludique et pédagogique.  

Dans l’exposition, plusieurs films expliquent au public le processus de création de l’artiste et son utilisation des matières grâce à des reproductions. Un hologramme en fin de parcours représente la maison que Gauguin habitait aux Îles Marquises et où il créait, la « maison du Jouir ». L’hologramme intègre les panneaux de bois originaux de la maison.

Tout au long de leur parcours dans les salles, les visiteurs peuvent consulter l’application de l’exposition qui contient les modèles 3D mais aussi un parcours ludique concernant la présence et la signification des animaux dans l’œuvre de Gauguin. Cette même application permet, avec une fonctionnalité de reconnaissance d’images, d’augmenter les publications de l’exposition, notamment le catalogue et l’album : en scannant les images imprimées, le lecteur peut découvrir sur son Smartphone l’objet en 3D et le manipuler pour une meilleure observation et immersion dans l’œuvre. 
L’autoportrait de Gauguin accroché sur une face est un cas particulièrement intéressant : à travers l’application et le modèle 3D, le visiteur peut découvrir l’autre face (cachée) du tableau avec un autre autoportrait de l’artiste.

Ces productions en 3D sont également visibles et manipulables sur www.grandpalais.fr et sur les réseaux sociaux ; nous utilisons pour cela ledit player de la startup française Sketchfab, qui nous sert de manière transversale et interopérable pour montrer ces images. 

Dans l’e-album de l’exposition « Gauguin l’alchimiste » disponible sur les stores en ligne, les modèles 3D sont intégrés dans le récit et permettent une expérience d’observation et de découverte inédites.  

On propose également une création en réalité virtuelle, «Le voyage intérieur de Gauguin», coproduite par Arte, la Rmn - Grand Palais, le Musée d’Orsay, coproducteur de l’exposition, et la société Innerspace. Cette création est visible en 360° degrés à la sortie de l’exposition et en réalité virtuelle en téléchargeant l’application d’Arte 360. 

L’exposition Gauguin permet d’apprécier pleinement la diversité et les potentialités des usages, des produits et productions à partir des modèles en 3D.


Les perspectives futures 

L’Agence Photo de la Rmn - Grand Palais a l’ambition d’approfondir son expertise de production 3D en pérennisant ses compétences et le développement des protocoles créés ces dernières années ; elle continuera d’accompagner des projets d’innovation et de commercialisation de ce nouveau type de reproductions pour améliorer la valorisation et le rayonnement de ses collections ainsi que son savoir- faire. 



Voir plus

S'inscrire

CONTACT PRESSE :

florence.le-moing@rmngp.fr